JOUR DE RELÂCHE A TAIPEI

Je suis préoccupé aujourd’hui par mon billet de train, puisque mes amis taïwanais me confirment que le typhon s’éloigne de Taïwan et que je vais donc pouvoir me rendre à Taitung sans problème. Me voici donc parti à la Taïpei Main Station que je n’arrive pas à retrouver, la station de la métro et la gare sont en effet étroitement imbriquées, alors que pourtant j’y suis déjà venu deux fois. Je cherche, je me trompe, je sollicite l’aide de passants et, ô miracle, me voici dans le grand hall de la gare où se presse une foule venue pour la même raison que moi.
De nombreux jeunes sont aussi assis sur le sol et discutent, attendant sans doute leur train. La plupart sont sur les grands carreaux noirs du sol, peu sur les carrés blancs, comme me le faisait déjà remarquer mon ami taïwanais. Peut-être pour se fondre dans un anonymat.

J’attends mon tour. Ici les gens sont très disciplinés, pas question de passer devant quelqu’un pour gagner du temps ; ce n’est pas dans les habitudes de la population. Quelle différence avec la France ! Vais-je me refaire à cette mentalité largement répandue chez les français qui veut que l’intérêt personnel passe avant l’intérêt collectif, même quand ce dernier sert finalement chacun, car la discipline fait gagner du temps et pacifie aussi les relations entre les gens.

Après une petite demi-heure, je peux acheter mon billet. Je me suis fait comprendre. Quel progrès, me dis-je.
En fait, j’ai encore du chemin à parcourir pour gagner en autonomie, sans trop dépendre des autres.
Je décide de faire le repérage pour mon trajet du lendemain car mon train est à 8h06. Et je ne veux pas risquer de le rater. J’achète d’abord mon ticket de métro, cela me fera gagner du temps pour demain, ticket qui est en fait une sorte de jeton qui enregistre électroniquement l’entrée et la sortie du métro comme je l’ai déjà précisé dans un de mes textes.
Je retrouve avec soulagement une boutique qui vend des locomotives. J’en achète une pour mon neveu Arthur car je sais qu’il aime beaucoup ça.

Une fois ce travail accompli, je chercher le Musée de la Poste, car le week-end, de nombreux amateurs viennent y échanger ou y vendre des timbres. Déception. Le musée est fermé.

J’ai brusquement faim. Me nourrir restera certainement le point faible de mon voyage au Japon et à Taïwan. Je suis difficile, je l’ai toujours été. Ma mère me le disait souvent mais comme elle connaissait mes goûts, elle cherchait toujours à me faire plaisir. Je décide de me lancer et je rentre dans un restaurant qui m’inspire ; les clients sont attablés pour la plupart autour d’une plaque de cuisson sur laquelle deux cuisiniers travaillent leurs ingrédients et cela me rappelle un restaurant d’Hiroshima.

mmexport1501599129189

Je commande une omelette aux herbes, des pousses de soja et une bière taïwanaise.

C’est une atmosphère tranquille autour de cette table inhabituelle et j’aime ce cadre où l’on se restaure tout en s’intéressant au travail de cuisine, cela me met les papilles en extase.

Après ce repas et quelques courses, je vais faire une sieste car mon corps se fatigue et a besoin de se ressourcer dans le sommeil.

Gilbert
Dimanche 30 juillet 2017

5 commentaires sur « JOUR DE RELÂCHE A TAIPEI »

  1. Quelle photo! Et moi qui ai repensé à ce restaurant hier et qui me manque tellement, les plats y sont simples mais délicieux! Il s’agit aussi d’un héritage culturel venant du Japon que de préparer les aliments sur des plaques juste devant les clients. En chinois, il se dit 鐵板燒 (tiebanshao), qui signifie « braiser sur des plaques métalliques ». D’ailleurs, les mêmes caractères sont utilisés en japonais (après une courte recherche sur Internet, cela s’appelle le « Teppanyaki »).

    Je ne savais pas qu’on pouvait acheter les jetons de métro un jour à l’avance! En tout cas je n’ai jamais osé, comme il s’agit de jetons magnétisés… Je vais en apprendre plus par votre expérience! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Toute petite expérience que la mienne. J’ai été, sur vos conseils, à l’ancienne gare de Taitung ; j’y ai passé un formidable moment, notamment dans un atelier où des jeunes préparaient le carnaval. Je n’ai pas encore écrit l’article mais je vais bientôt le faire en y mettant des photos. Merci à vous Aymeric ! Sans vous, je n’aurais jamais été dans cette ancienne gare.

      Aimé par 1 personne

      1. Je suis vraiment content que l’endroit vous ait plu! Avec d’autres amis, on le surnomme souvent « le paradis de Taïwan »! 😉
        J’ai hâte de lire votre article! J’espère aussi que vous trouvez le temps de vous reposer entre tous ces voyages!

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s