MEMOIRE D’UN AMOUR…

Lumière de ses yeux
et ses cheveux au vent,
sa main contre toi,
douceur de son corps.

Le goût de l’aimer
de l’étreindre tout près,
chant des étoiles
sur son visage.

Eclair dans le ciel
bonheur en torche,
la voilà partie
sans même un regard.

Le goût de l’aimer
de l’étreindre tout près
qui ne reviendra plus,
cruauté de la vie.

Nuit dans ce lit froid,
nostalgie du passé,
survivre à tout prix
pour ne pas sombrer.

Le goût de l’aimer
de l’étreindre tout près ;
c’était hier, il y a
longtemps dans ta mémoire…

Gilbert SANSLAVILLE 桑吉伯

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s