ARRIVAL IN TAÏWAN – LOOKING FOR AN APARTMENT ARRIVEE A TAÏWAN – RECHERCHE D’UN APPARTEMENT

Mercredi 21 février

Arrivée vers 7 heures du matin avec près d’un quart d’heure d’avance sur l’horaire annoncé.
Passage au contrôle de police avec mon visa obtenu voilà quelques jours à Paris, puis à la douane. Direction le MRT, métro qui va me conduire à Taïpei où j’ai réservé une chambre d’hôtel pour trois jours, près de la station de métro Xi Men 西 門 ; l’aventure commence.

Je passe mon après-midi à rechercher un peu désespérément un studio meublé avec cuisine, car il n’est pas facile de consulter les offres de logement sur internet publiées en chinois, parfois aussi en anglais mais ma connaissance de la langue de Shakspeare n’est pas fameuse. Il faut ensuite téléphoner aux propriétaires, mais je n’ai pas encore de numéro de téléphone à Taïwan et de toutes les façons une conversation en anglais s’avèrerait des plus difficiles pout moi et aussi pour mon interlocuteur qui aurait les plus grandes difficultés à me comprendre. Je réussis toutefois à communiquer par messagerie et je visite tout de même environ 7 studios près de la station Xi Men, ils ne me plaisent pas, étant notamment dépourvus de cuisine.

YuChin, une amie taïwanaise m’a trouvé deux offres de studio, nous les visitons un peu plus tard dans l’après-midi mais je suis très difficile et cela ne me convient toujours pas.
Le soir, en allant dîner tous les trois avec un de ses amis, Tristan, elle trouve sur internet deux autres offres ; je me décide pour celle qui correspond le mieux à ce que je recherche, au moins sur la photo et nous appelons le propriétaire pour le visiter le soir même. Il se trouve sur la ligne 1, Wenhu Line, près de la station Xinhai, pas très loin du zoo de Taïpei, dans une petite maison mitoyenne à d’autres maisons, au premier étage, avec une minuscule cuisine qui me permettra de cuisiner pour moi bien sûr, mais aussi pour mes amis taïwanais. Le quartier est très plaisant, la rue conviviale et chaleureuse.

Photo rue appartement Taïpei

Je ne serais jamais assez reconnaissant à ces deux amis qui me permettent de dormir tranquille ce soir dans mon hôtel.

Gilbert Sanslaville