LE SOUFFLE DU VENT ET LE HERISSON…

IMG_9620

Suzhou, China, 2015 September

On est parfois surpris des détours que la vie nous fait entreprendre pour atteindre ce qui nous fait tant défaut, et à quoi nous avons souvent fini par renoncer, soit par manque de courage et d’obstination parce que la pente est abrupte et rude, soit par ce lâcher prise qui guette chacun d’entre nous quand l’existence n’a plus cette saveur unique et originelle, le goût de vivre et d’aimer…

Et pourtant, il suffit d’écouter tout ce qui nous entoure pour découvrir les mystères cachés des choses qui sont autant de portes ouvertes sur un présent prêt à se renouveler ; le hérisson recroquevillé sur lui, peu engageant, bousculé par le choc des particules élémentaires de la vie quand le vent se lève et balaie tout sur son passage ; l’étang dont les profondeurs sont riches d’une faune et d’une flore en interaction permanente, dans un métissage où rien n’est écrit par avance et où tout se construit ; le plouf inattendu d’une grenouille dans des eaux parfois sombres et sans relief, quand il faut oser rompre une harmonie apparente devenue rigidité afin d’écrire ce qui n’est encore qu’un rêve éveillé mais que l’on porte au fond de soi…

Et à la lisière d’une clairière, on peut parfois apercevoir parmi les chênes centenaires de la forêt une lumière ténue. Elle ne cesse alors de grandir et de s’épanouir à mesure que l’on se fraye un chemin parmi les taillis. Non, il ne faut jamais désespérer…

Le souffle du vent
dans les buissons, hérisson
en boule, étonné.

Nature en éveil
rayon de soleil matinal,
un plouf dans l’étang.

Chant envoûtant
croassement de mots d’amour,
chaumière dans les bois…

La vie est bien là…

Gilbert SANSLAVILLE 吉伯